"Mon pommier donne pour la première fois plus de 5 pommes..." ou la vie de riveraine sans avions

Les bords des fenêtres sont clean. Mon pommier donne pour la première fois plus de 5 pommes alors que planté depuis 15 ans, le jardin est luxuriant, les récoltes abondantes, les insectes présents en nombre ainsi que les butineuses. Nous pouvons manger dehors sans les odeurs délétères de kérosène, et discuter sans trop de coupures.

 

Quant aux horaires de vol, les 3 semaines sans avions ont été paradisiaques. Je remarque toutefois que nous avons presque tous les jours des avions dès 6h, de 3 à 10 selon les matins, et souvent jusqu'à 23h et encore plus les week-end. Mon impression est que l'Aéroport de Genève veut nous signifier qu'ils ne lâcheront pas sur un couvre-feu, impression aussi que les avions font plus de vacarme, illusion?

Effectivement, la vie avec moins de trafic est de loin plus vivable. Et le désir de pérenniser cet état fait partie de mes rêves. Il me semble que sensibiliser la population sur l'absurdité des voyages en avion, la possibilité d'être bien chez soi ou pas loin, les voyages en train... bref proposer un autre imaginaire serait précieux. Contrecarrer la peur brandie par nos chers capitalistes sur l'effondrement de l'économie si nous ne revenons pas à l'anormal et opérer un renversement en affirmant l'évidence de l'effondrement si nous poursuivons dans cette voie destructrice de notre biotope. Y'a du boulot pour bouger les représentations de ce qu'on pense être la liberté de voyager-consumer.... alors que la majorité d'entre nous répond à des injonctions de consommer pour perdurer cette société malsaine.

Anne Chaudieu, riveraine de l'Aéroport de Genève

Lien permanent Catégories : aéroport, Vivre pendant le COVID 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.